Émerveillement et sérénité


Vous êtes là, bien, très bien même, à regarder la journée tranquillement se retirer.  Votre capacité d’émerveillement s’éveille.

Vous entendez, à l’occasion, des rires d’enfants, au loin , puis le silence revient, le calme s’installe. 

Diaphane devient le bruit ambiant, vous entendez le silence, pas celui que les autres entendent, mais celui du bien-être, celui de l’intérieur.

Mystique!  Non!  En harmonie avec le moment présent, respirant au rythme du temps qui s’arrête, qui ne compte plus, vibrant au rythme des petites vaguelettes sur l’eau, ressentant au plus profond de vous même le plaisir si grand, mais en même temps si simple, de cet instant de pur émerveillement.

On peut facilement voir une image, la ressentir et la rendre, c’est une toute autre chose.

Qu’est-ce qui touche les gens dans une image?  La perfection technique, la netteté absolue, probablement pas.  Souvent, ce qui touche les gens dans telle ou telle photo, c’est quelque chose de beaucoup moins tangible.  Ce sont les émotions qu’elles font apparaître, la rencontre des sensibilités (celle du photographe, celle du spectateur).

Faites sérieusement et honnêtement l’exercice, et vous constaterez que, bien souvent, ce ne sont pas les images parfaites qui vous « parlent » le plus, mais celles qui possèdent ce petit quelque chose d’intangible, non pas perçu par notre cerveau, mais par notre sensibilité, notre coeur.

On vit dans un monde où tout est fait pour « gommer » ce qui n’est pas de l’ordre du « rationnel », mais l’humain n’est pas un être rationnel, mais un être d’émotion, c’est d’ailleurs ce qui le distingue d’une machine (du moins pour l’instant).

L’art de la photographie n’est pas de reproduire ce que l’oeil voit, mais de transposer ce que l’âme ressent.  

 

 

This entry was posted in Nouvelles photos, Photographie - Mes articles.