Soirée de rêve – Ambiance et exploration photographique

Une perspective créative de la Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue de Longueuil.

En photographie, deux approches complètement différentes existent.

La première est l’approche  le côté technique est mis de l’avant, selon les règles ou les dogmes usuellement reconnus.  Une photographie que j’appelle « rationnel » 

La deuxième relève du domaine du regard, de la vision et de la sensibilité artistique, la technique n’étant pas le principal élément de motivation, même si elle a son importance.  Une photographie souvent plus personnelle, ressentie, où l’ambiance d’une scène, l’imaginaire, prend le pas sur l’aspect purement représentatif, convenu.

La beauté de la photographie plus artistique, c’est la grande liberté quand à l’interprétation et au rendu d’une scène, d’un sujet.   En ce qui me concerne, l’impulsion initiale qui fait que j’ai le désir de déclencher l’appareil, ce sont avant tout mes émotions ou ressentis qu’une scène, un sujet, des textures, des couleurs ou des lignes éveillent en moi, captent mon attention.   Cela « teinte » forcément le style de photographie que je fais. 

Certains appellent ça développer son style, je préfère parler de développer sa vision, sa perception et sa sensibilité.  

Cette photographie de la Cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue (Longueuil) en est une très belle exemple.  Plutôt que le la prendre dans sa totale intégrité, de la rue, je me suis laissé séduire par l’ambiance de rêve que je ressentais à ce moment là, le ciel baigné d’une douce lumière (le soleil venant de se coucher).  De la passerelle piétonnière sur laquelle j’étais, la perspective que j’en avais (presque nuit, en hauteur, dominante de couleurs provenant des différentes sources lumineuses) a fait le reste.   Plutôt que de me « battre » avec les différentes dominantes de couleurs (ce que l’approche technique aurait mis de l’avant, pour tenter d’être représentatif de la dite réalité), j’ai misé sur celles-ci comme éléments renforçant le côté un peu irréel que je ressentais en regardant la scène.  J’ai même gardé le petit « flare » présent dans le bas de l’image, à droite (lumière parasite provenant d’un reflet quelconque sur mon objectif), ajoutant ce petit côté mystérieux, si intéressant à exploiter à la brunante.   

Juste un petit peu avant, dans la direction diamétralement opposée, la nature peignait un ciel magnifique, tout en couleurs et en nuances.  Il n’en fallait pas plus pour une image abstraite où couleurs et textures deviennent sujet, une « toile » émergeant de ce spectacle dont seul la nature sait si bien faire.

« Le plaisir est plus rapide que le bonheur et le bonheur que la félicité. » (Voltaire)

Bref, une magnifique soirée inspirée par le ressenti, la lumière, l’environnement et l’imaginaire.  Vous aurez remarqué que je ne fais aucunement allusion à la technique ici, et c’est voulu.   Bien des photographes que je vois sont tellement « absorbés »  et « préoccupés » par le côté technique, qu’ils en oublient de « voir/percevoir » toutes les opportunités photo, lorsqu’elles se présentent.  

This entry was posted in Nouvelles photos, Photographie - Mes articles.