Un étrange spécimen (Nouvelle photo)

Une belle luminosité, une berge, une branche d’arbre subissant les ressacs du fleuve, un grand vent fouettant la végétation, ça ne m’en prenait pas plus pour laisser aller mon imagination: Longue exposition, réalité dépliée

Une belle luminosité, une berge, une branche d’arbre subissant les ressacs du fleuve, un grand vent fouettant la végétation, ça ne m’en prenait pas plus pour laisser aller mon imagination 😉.  Moi qui n’apprécie pas particulièrement la macrophotographie de « bibittes », je viens d’en réaliser une au grand angulaire, ce qui est assez paradoxal 🙂.

Longue exposition, réalité dépliée, paroles d’Émile Proulx-Cloutier qui me trottaient dans la tête et surtout ne pas se prendre au sérieux 🙂

« Moi chez nous je bâtis des villes, je gagne des courses pis j’tue des monstres
J’gagne des courses et j’tue des monstres » (Émile Proulx-Cloutier )

Je dis souvent qu’en photographie, ce n’est pas ce que l’on regarde qui compte, mais ce que l’on voit et ressent, en état de grande réceptivité. 

C’est vrai pour celui qui la pratique, mais c’est également vrai pour le spectateur. 

Ne pas avoir peur de l’opinion et du jugement des autres est la première étape vers la liberté et ouvre la porte toute grande à la créativité.

This entry was posted in Nouvelles photos.

Contactez-moi